Chaque personne peut vivre des expériences dans la vie quotidienne qui la dépassent et l’effraient au-delà de toute mesure. Il peut avoir un accident de voiture, être victime d’une agression ou voir un être cher mourir. Des expériences aussi drastiques peuvent laisser une impression profonde sur une personne et la blesser
psychologiquement. Une telle blessure est appelée „traumatisme ».

Qu’est-ce que le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ?

La vie quotidienne continue après l’événement et la plupart des gens apprennent à s’en sortir sans demander de l’aide. Après quelques semaines, les sentiments et les symptômes intenses disparaissent lentement. Cependant, chez certaines personnes, un tel événement traumatique provoque une réaction qui dure des
mois et des années. La réaction au traumatisme est appelée syndrome de stress post-traumatique (SSPT), en anglais Posttraumatic Stress Disorder: PTSD.

Quelles sont les causes des traumatismes et du SSPT ?

Un traumatisme de choc provoque un SSPT, déclenché par exemple par

  • Accident de voiture, accidents, chutes de grande hauteur (vécu ou témoin !)
  • Déploiement militaire, torture, catastrophes
  • Perte de membres, mutilation
  • Battement, viol, abus, agression
  • Diagnostic d’une maladie potentiellement mortelle
  • Chirurgie (y compris chirurgie dentaire), blessure, stress de l’accouchement
  • Perte d’un être cher

Ce qui n’est qu’un grand frisson pour une personne peut avoir un effet traumatisant sur une autre. D’une manière générale, plus l’événement est violent et menaçant, plus la probabilité est grande que le corps ne soit plus en mesure de faire face à l’énergie et réagisse par des symptômes.

Symptômes du SSPT

De nombreuses personnes éprouvent des sentiments de profonde tristesse, de dépression, de culpabilité et de colère après une expérience traumatisante. Outre ces émotions très compréhensibles, il existe trois symptômes qui se manifestent souvent et peuvent durer des années :

  • Flashbacks et cauchemars.
    Vous revivez l’événement encore et encore. Ces flashbacks peuvent être extrêmement réalistes, avec toutes les émotions, les sueurs et les sons de cette époque. Des choses insignifiantes de la vie quotidienne peuvent provoquer un flash-back. Par exemple, si vous avez eu un accident de voiture alors qu’il pleuvait, un jour de pluie peut déclencher un flash-back.
  • Comportement d’évitement et engourdissement L’expérience peut avoir été si douloureuse ou bouleversante que vous en évitez tout souvenir. Vous essayez de vous distraire, peut-être en vous adonnant à un hobby, en travaillant trop ou en passant votre temps à faire des mots croisés. Vous évitez les lieux, les situations et les personnes qui vous le rappellent. Vous essayez de faire face à vos sentiments en ne ressentant rien du tout. Vous devenez émotionnellement insensible. Vous communiquez moins avec les gens. Ils trouvent alors que vivre ou travailler avec vous est stressant.
  • Une vigilance excessive Vous êtes constamment sur vos gardes. Vous n’arrivez pas à vous détendre, vous dormez mal et votre entourage vous perçoit comme un être erratique, prompt à réagir et facilement irritable. Vous ne savez pas vous-même pourquoi il en est ainsi.

Somatic Experiencing - Berlin & München

Photo by Nicole-Mason on Unsplash

Les autres symptômes du SSPT sont

  • Tension, douleur musculaire
  • Diarrhée
  • Maux de tête
  • Sentiments de panique et d’anxiété
  • Dépression
  • Rythme cardiaque irrégulier (palpitations)
  • Boire trop d’alcool
  • Consommation de drogues et d’analgésiques

Comment puis-je savoir si je souffre de SSPT ?

Vous avez eu une expérience pertinente.

  • Vous avez des flashbacks, des souvenirs vifs ou des cauchemars.
  • Vous évitez tout ce qui vous le rappelle.
  • Vous vous sentez émotionnellement terne ou engourdi.
  • Vous êtes constamment en mouvement, facilement irritable, mais vous ne savez pas pourquoi.
  • Vous vous distrayez pour faire face.
  • Vous êtes déprimé et épuisé.
  • Vous trouvez difficile de traiter avec les autres.
  • Vous mangez plus, buvez plus d’alcool, prenez des drogues ou des tranquillisants.
  • Vos émotions s’emballent de façon incontrôlable.

Si l’événement s’est produit il y a moins de six semaines et que les symptômes diminuent lentement, cela fait partie du processus normal d’adaptation. Si l’événement s’est produit il y a plus de six semaines et que les symptômes ne s’améliorent pas, vous devez consulter un médecin.


« Certains traumatismes – perte, décès, accident, maladie ou abus – sont évidents. D’autres, comme la perte émotionnelle d’un enfant mal aimé, sont plus subtiles. Et d’autres, comme mon propre sentiment d’aliénation, semblaient sortir de nulle part. Mais il est difficile d’imaginer l’ampleur d’une vie individuelle sans imaginer une sorte de traumatisme. Et il est difficile pour la plupart des gens de savoir ce qu’il faut faire. . . Il est rare que l’on traverse la vie sans subir de traumatisme. . . (Mon père) a fait de son mieux pour le garder hors de sa conscience aussi longtemps qu’il le pouvait.“ Mark Epstein, The Trauma of Everyday Life, librement traduit.

Mark Epstein, The Trauma of Everyday Life


Pourquoi le système SSPT n’est-il souvent pas reconnu ?

  • Vous n’aimez pas parler de choses qui vous bouleversent, vous inquiètent ou vous effraient
    profondément (Ceci est vrai pour la plupart des gens.).
  • Les proches et même les médecins se sentent mal à l’aise lorsque vous essayez de parler d’événements
    horribles. Pourquoi donc devriez-vous vous révéler à ces gens ?
  • Vous ne voulez pas admettre que vous avez un symptôme ou un autre parce que vous ne voulez pas
    que les gens pensent que vous êtes faible ou mentalement instable.
  • Vous remarquez quelques symptômes, mais vous ne reconnaissez pas leur lien ou leur cause.
  • Il est beaucoup plus facile de parler des problèmes qui les accompagnent (comme les maux de tête,
    les troubles du sommeil, la tension, les problèmes d’alcool ou de travail) que de la cause elle-même.
  • Vous avez l’espoir que les symptômes finiront par disparaître d’eux-mêmes.

Somatic Experiencing - Berlin & München

Photo by Jordy Meow on Unsplash

Que sont les traumatismes complexes (SSPT complexe) ?

Les personnes souffrant de traumatismes complexes ont toujours été soumises à un contrôle prolongé, totalitaire. Cela comprend

  • Abus sexuels
  • Abus sexuels sur enfants
  • Négligence au début et à la fin de l’adolescence
  • Violence physique
  • Violence psychologique
  • Violence domestique
  • La torture, les camps de concentration – et toutes les formes de traumatismes auxquels la victime ne peut échapper ou croit ne pas pouvoir échapper, par exemple être enseveli sous une avalanche sans savoir si les secours arrivent.

« Il existe en chacun de nous une force qui recherche spontanément le contact, la santé et la vivacité. Quel que soit notre degré de repli sur soi et d’isolement, ou la gravité du traumatisme que nous avons subi, il existe au niveau le plus profond de chacun d’entre nous une impulsion vers le contact et la guérison, comparable à la façon dont la plante pousse vers la lumière du soleil.“
Laurence Heller/Aline LaPierre, Healing Developmental Trauma, librement traduit.


Symptômes du SSPT complexe

Les traumatismes complexes se développent des semaines ou des mois après l’événement, mais il faut parfois des années pour les reconnaître. La perte de confiance dans les gens – et dans le monde en général – est au coeur du SSPT complexe. Certains enfants réagissent en étant sur la défensive ou agressifs. D’autres enfants se désengagent et grandissent en ressentant de la honte et de la culpabilité. Ils ne se sentent pas bien dans leur peau et manquent de confiance en eux.

Outre les symptômes classiques du SSPT, les symptômes suivants sont également présents dans le SSPT complexe :

  • Sentiment de honte et de culpabilité profonde, manque d’estime de soi, image négative de soi.
  • Sensation de somnolence ou d’engourdissement.
  • Sentiment d’aliénation (dépersonnalisation).
  • Sentiments d’impuissance, d’absence de défense et d’être à la merci des autres.
  • Sentiment de menace subliminale.
  • Manque de conscience du corps jusqu’à l’occultation des zones corporelles.
  • Ils ne peuvent faire confiance à personne et préfèrent avoir le contrôle à tout moment.
  • Vous ne pouvez pas être heureux, ne pas réagir à la joie des autres, manque d’empathie.
  • Vous contrôlez vos sentiments par la drogue ou l’alcool.
  • Vous vous déconnectez intérieurement de ce qui se passe autour de vous (dissocié).
  • Vous ne pouvez pas exprimer vos sentiments avec des mots.
  • Vous êtes très souvent préoccupé par des pensées suicidaires.
  • Vous prenez des risques, faites des choses spontanément, avez des problèmes d’agressivité et de
    contrôle des impulsions.
  • Vous avez des problèmes de contact avec les autres personnes. Ils ont l’impression de n’avoir leur
    place nulle part et se sentent comme un fardeau.
  • Ils ont du mal à fixer des limites et à dire non sans détour.
  • Ils se sentent constamment accablés et sous pression.
  • Vous découvrez de nombreuses failles en vous et réagissez de manière très vulnérable au rejet.
  • Vous ne savez tout simplement pas ce dont vous avez besoin et vous avez l’impression que vos besoins ne méritent pas d’être satisfaits.

Somatic Experiencing - Berlin & München

Photo by Carolina Heza on Unsplash

Les facteurs aggravants du SSPT complexe sont :

  • Plus la personne est jeune, plus le traumatisme est grave.
  • Le traumatisme est causé par la personne qui s’occupe principalement de l’enfant (par exemple, la
    mère).
  • Le traumatisme dure longtemps
  • Vous êtes isolé
  • Vous continuez à avoir des contacts avec la personne ou la situation qui vous menace ou vous maltraite.

Les livres à lire sur le sujet sont les suivants :

Judith Lewis Herman, Trauma and Recovery: The Aftermath of Violence–From Domestic Abuse to Political Terror, 292 p., 18,49 €, Pandora Press, ISBN 978-0-86358-430-5.
J. L. Herman est professeur à l’université de Harvard et a introduit le terme « PTSD complexe ». Dans son livre, elle décrit les effets et les parallèles de la violence domestique, de la terreur privée telle que le viol, et de la terreur publique telle que vécue par les anciens combattants et les victimes de la terreur politique. Ce livre permet de comprendre des problèmes auparavant considérés comme des « problèmes personnels » et de les relier à un cadre sociopolitique plus large. Publié en 1992, ce livre a changé la façon de penser le traumatisme et la façon de le traiter.

Susan Hart, The Impact of Attachment: Developmental Neuroaffective Psychology, 427 p., 40,95 €, W. W. Norton & Company, ISBN 978-0393706628.
Susan Hart, Brain, Attachment, Personality: An Introduction to Neuroaffective Development, 400 p., 54,40 €, Karnac Books , ISBN 978-1855755888.
Susan Hart combine les résultats de la neurobiologie avec ceux des relations interpersonnelles et montre les effets sur les modèles d’attachement des jeunes enfants. À l’aide de nombreux exemples tirés de la vie quotidienne et de sa pratique, elle explique comment une relation mère-enfant saine se développe et ce qui peut mal tourner.

Laurence Heller/Aline LaPierre: Healing Developmental Trauma, 320 p., 16,09 €, Penguin Random House US, ISBN 978-1-58394-489-9.
Ce livre explore les besoins humains les plus profonds. Elle conduit à une compréhension profonde des conflits fondamentaux entre l’unité et la séparation, ces deux opposés apparemment irréconciliables, et montre un chemin vers la croissance et la maturité personnelle. Il décrit comment les traumatismes de la petite enfance sapent la capacité de relation avec soi-même et avec les autres. La diminution de la vivacité qui en résulte est la dimension cachée de nombreux problèmes psychologiques et physiologiques.


Sources:
http://patient.info/health/post-traumatic-stress-disorder-ptsd
http://en.wikipedia.org/wiki/Complex_post-traumatic_stress_disorder


Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter dans mon cabinet à Munich ou à Berlin. Vous trouverez ici la page de contact.